Vous êtes ici : Accueil
Soutenez les urgentistes de Carcassonne en grève illimité
19 novembre 2014
Grève aux Urgences de Carcassonne
Merci de signer la pétition en ligne en soutien aux urgentistes de Carcassonne et de la relayer à vos contacts. 
Chaque signature compte et votre soutien est plus que précieux. 
Le Centre Hospitalier de Carcassonne en grève
19 novembre 2014

L'AMUF en soutien aux urgentistes du centre hospitalier de Carcassonne

confirme l'appelle à la grève illimitée


L’AMUF et sa délégation des urgences de Carcassonne ont déposé un préavis de grève a compté du 19 novembre. L’attitude de l’ARS de Languedoc Roussillon, une fois de plus, s’illustre par une politique de casse du service public car elle ne donne pas les moyens de travailler correctement.


Malgré des rencontres avec la direction de l’hôpital de Carcassonne avec les représentants des l AMUF, aucune proposition n’a été faite. Une fois plus l’ARS refuse de négocier et applique des restrictions budgétaires qui nous empêchent de travailler correctement. L’augmentation de 25% de la charge de travail aux urgences de Carcassonne fait que nous réclamons la création d’une ligne de garde de plus et des discussion sur la pénibilité au travail.

En conséquence une grève débutera le 19 novembre faute de négociation avec la direction de l'ARS.

La lutte des collègues urgentistes de Carcassonne est courageuse et nécessaire pour la population et les malades.

Nous appelons tous les urgentistes de France à réfléchir sur leurs conditions de travail et aux difficultés , sans cesse croissantes, d’exercer la médecine d’urgence. Devant le refus des autorités des ARS et du ministère de négocier il est possible qu’une extension de ce mouvement se fasse au niveau national dans les prochains jours.


Contact

Elodie Paul, déléguée AMUF de Carcassonne 

Le tribunal administratif annule formellement l'autorisation des urgences de la clinique de Pézenas
03 novembre 2014
Suite à l'action de l'AMUF et de son délégué de Languedoc-Roussillon le Dr de Pontual, le tribunal admi istratif de Montpellier a annulé la décision de l'ARS autorisant l'acrivité de médecibe d'urgence à la Polyclinique de Pézenas.

Publié le 29/10/14 - 18h05 - HOSPIMEDIA


Le tribunal administratif de Montpellier a annulé le 30 septembre une décision de l'ARS de Languedoc-Roussillon autorisant l'activité de médecine d'urgence à la Polyclinique de Pézenas, en cohérence avec l'annulation du volet urgence du Sros en mars dernier. Les urgences de la clinique restent cependant autorisées jusqu'en avril 2015.
Le tribunal administratif (TA) de Montpellier a annulé une décision de l'ARS de Languedoc-Roussillon autorisant l'exercice de l'activité de soins de médecine d'urgence à la Polyclinique Pasteur de Pézenas (groupe Cap Santé, Hérault), dans une décision du 30 septembre dont Hospimedia a eu copie. Ce jugement traduit une mise en cohérence formelle avec l'annulation par le tribunal en mars dernier du volet urgence du schéma régional d'organisation des soins (Sros). Les urgences de l'établissement de santé privé restent cependant autorisées jusqu'au 1er avril 2015. 
Une autorisation privée de facto de "base légale"
Le Sros, adopté en janvier 2013 dans le cadre du projet régional de santé (PRS), a prévu l'ouverture de quatre nouveaux services d'urgences, dont un service à Pézenas, dans la clinique du groupe Cap Santé dirigé par Lamine Gharbi, par ailleurs président de la FHP, de la FHP-MCO et de la FHP Languedoc-Roussillon. Cette décision a été contestée par les urgentistes des Hôpitaux du bassin de Thau, établissement sur quatre sites (Sète, Agde, Marseillan et Vias), qui ont déposé un référé en annulation, réclamant l'ouverture d'un service d'urgences sur Agde. Le principal argument est démographique pour une ville dont la population de 25 000 habitants (8 500 à Pézenas) grimpe à plus de 200 000 l'été et est située à 25 kilomètres des urgences d'Alès et Béziers. Une distance qui, par embouteillages, voit le trajet durer de 1h30 à 2h. Par ailleurs, le 25 mars dernier, le volet urgences et le volet permanence des soins en établissements de santé (PDSES) du Sros en Languedoc-Roussillon est annulé par le tribunal administratif de Montpellier, suite à un recours de la FHF (lire ci-contre). Parmi les motivations des juges à cette annulation, essentiellement formelles, est que l'agence est entrée dans un niveau de précision plus important que ce que prévoient les textes. Ainsi, elle a précisé les villes où se trouvent les établissements de santé éligibles à une autorisation d'urgence, quand elle aurait dû s'en tenir à des implantations par territoire de santé. Dans son jugement du 30 septembre 2014, le tribunal a considéré que l'arrêté du Sros ne pouvait servir de base légale au bilan quantifié de l'offre de soins arrêté en mars 2012 par l'ARS. L'arrêté autorisant l'activité d'urgence à la clinique de Pézenas, s'appuyant sur le Sros, se voit donc également de facto également privé de base légale et doit être annulé, a estimé le tribunal administratif.  
La qualité du service rendu n'est pas en cause, appuie Cap Santé
Dans un message transmis le 28 octobre à Hospimedia, Lamine Gharbi, en tant que président du groupe Cap Santé, souligne que "l'annulation de l'autorisation de médecine d'urgence de la Polyclinique Pasteur a pour seule origine l'annulation partielle du volet urgence du Sros-PRS". Il appuie qu'à "aucun moment, la qualité du service rendu n'a été remise en cause par le juge administratif". "De plus, le fait que le juge reporte au 1er avril 2015, l'annulation de cette autorisation (...) illustre, s'il en était besoin, la qualité et l'utilité du service médical rendu avec plus de 12 000 patients accueillis par an", poursuit Lamine Gharbi. Le tribunal a en effet justifié ce report en considérant que "l'annulation rétroactive de l'autorisation accordée à la Polyclinique Pasteur d'exercer l'activité de soins de médecine d'urgences (...) porterait eu égard au nombre de patients accueillis et à l'organisation mise en place, une atteinte excessive à l'organisation de l'offre de soins dans le territoire concerné". Lamine Gharbi indique pour finir que, par ailleurs, "la situation du service de médecine d'urgence sera réexaminée, afin de répondre aux besoins de santé de la population concernée". Sollicité, le délégué de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) pour le Languedoc-Roussillon, Bertrand de Pontual se déclare "franchement satisfait" de la décision du tribunal. "Nous n'avons aucune animosité contre la clinique", assure-t-il. "Ce qui nous importe, ce n'est pas que Pezenas n'ait plus son service d'urgence mais qu'Agde ait son service d'urgence", appuie-t-il. Enfin, la direction générale de l'ARS a indiqué à Hospimedia qu'elle ne ferait pas appel de cette décision. Elle ajoute que le report de l'annulation de la décision au 1er avril 2015 permettrait de finaliser les travaux déjà engagés avec des groupes de travail aux niveaux régional et départemental sur les nouveaux volets urgence et PDSES du Sros, devant être republiés suite à leur annulation. Un diagnostic "très fin" a d'ores et déjà été réalisé par département, a-t-elle confié, qui sert de réflexion aux acteurs concernés pour la future organisation des soins urgents. 

Communiqué de presse de l'AMUF en date du 08/08/2014
08 août 2014


Décès du jeune Zacharie :
L'AMUF, en empathie avec la famille du jeune garçon, est en attente des résultats de l'enquête.

 

L'AMUF demande que toutes les causes qui ont conduites à l'épouvantable drame aux urgences de l'hôpital De La Fontaine (Saint Denis) soient connues et analysées afin que des mesures soient prises et qu'un tel drame ne se reproduise pas.
 
Nous nous associons à la peine de la mère, de la famille et des personnels des urgences et du SAMU qui sont accablés par ce drame.
Nous tenons à souligner qu'il n'y a pas de petites et grandes urgences, de malades mieux placés que d'autres en terme de géographie. 

Nous souhaitons que l'enquête administrative comme judiciaire aille jusqu'au bout pour comprendre ce qui s'est produit sans conclusion à l'emporte pièce, afin que l’enchaînement qui a conduit a la mort de cet enfant ne se reproduise pas.


Revue de presse visite Bourgogne
02 juillet 2014

Article du bien public

Urgences de l’hôpital : des inquiétudes en coulisses

Patrick Pelloux et Bruno Faggianelli, président et secrétaire général de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), étaient en visite ce mardi à Dijon puis à Montbard.


http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2014/07/02/urgences-de-l-hopital-des-inquietudes-en-coulisses



article France 3

L'urgentiste Patrick Pelloux était en visite au CHU de Dijon

Le président de l'Association des Médecins Urgentistes de France, le Docteur Patrick Pelloux, était en visite au CHU du Bocage à Dijon, mardi 1er juillet 2014. Il a pu rencontrer les personnels urgentistes qui lui ont évoqué les problèmes existants à Dijon.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/2014/07/01/l-urgentiste-patrick-pelloux-etait-en-visite-au-chu-de-dijon-509999.html

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  • AGENDA
    Les RDV de l'AMUF
  • RESSOURCES
    Toute la doc.
BOUTIQUE
LES NOUVEAUX PRODUITS
Dis-moi comment tu meurs, je te dirai qui tu es... et à quoi ressemblait ton temps. Médicale, littéraire, politique, sociale, artistique... une promenade passionnante dans l'histoire de France (et pas seulement). Délaissant momentanément les urgences d
Si vous mourez de peur, d'ennui, de faim. Si vous mourez d'envie de désir, d'amour. Si vous mourez de soif, d'inquiétude, de fatigue, de chagrin. Si vous mourez de rire, de vieillesse, de maladie. Si vous mourez dans votre lit, de mort naturelle, à pe
Pour vous aider, pendant vos stages, à mobiliser les connaissances acquises à l'IFSI et à savoir les appliquer aux cas des patients, les Editions Maloines ont créé la collection Mémentos de stage de l'infirmière. Des fiches condensées et faciles à consu
REFORME DE L’ HOPITAL: LA GRANDE VADROUILLE OU APOCALYPSE NOW?
Critique AMUF: Cinquieme édition du livre de Jean Marc Laborie « réanimation et urgences pré-hospitaliere aux éditions Frison-Roche. Sans grande surprise l’ouvrage est un lexique de l’exercice pré-hospitalier. La mise en page est lisible mais l’ouvrage n
    
NOS PARTENAIRES
VideoWall
Facebook
Outils AMUF
Rencontres AMUF
AmuhfL